“Mad Max : Fury Road” ce soir sur Canal + : production épique, polémiques sur le tournage, apparences trompeuses… Tout sur le film

À l’occasion de la diffusion de “Mad Max : Fury Road” ce soir sur Canal +, redécouvrez en cinq anecdotes le reboot déjà culte de la franchise de George Miller, qui voit Tom Hardy et Charlize Theron survivre dans un monde post-apocalyptique.

De quoi ça parle ?

Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

1. À l’ancienne

Environ 80% des effets visuels que l’on peut voir dans Mad Max : Fury Road ont été réalisés sans trucages informatiques en post-production. Ont ainsi été employés de véritables véhicules, de vrais cascadeurs (au nombre de 150), des maquillages authentiques… S’il s’agit d’une pratique peu courante à l’heure du développement du numérique, certains cinéastes comme Christopher Nolan et J.J Abrams affectionnent toujours cette recherche d’authenticité pour leurs films.

2. Une production épique

Cette quatrième aventure de Max Rockatansky a nécessité une organisation logistique particulièrement intense, puisque le département artistique a dû créer pas moins de 150 véhicules pour les nombreuses scènes de courses-poursuites. Le tournage dans le désert de Namibie était également très impressionnant puisque pour les séquences les plus complexes, jusque 1 700 techniciens étaient présents sur le plateau : “C’était une véritable ruche, et on ne s’installait jamais à un endroit pour longtemps (…). Nous avons dû déplacer notre QG – d’une superficie équivalente à trois terrains de football – six fois en quatre mois“.

L’équipe technique a également pu bénéficier des évolutions technologiques pour rendre les scènes d’action plus spectaculaires qu’elles ne l’avaient jamais été dans toute la saga : ″On a pu installer des caméras là où ne pouvait pas le faire auparavant, et les faire évoluer grâce au formidable système Edge Arm. Si une bataille avait lieu sur une voiture, on harnachait les acteurs avec des câbles, puis on les effaçait numériquement. Quand on voit Max suspendu la tête en bas entre deux véhicules, il s’agit bien de Thomas Hardy. Quand Furiosa s’accroche à lui, il s’agit bien de Charlize Theron et de Tom. Et quand on voit Nux grimper à l’avant d’une voiture, il s’agit de Nicholas Hoult″.

3. Polémique sur le tournage

Durant le tournage en Namibie, la Warner a été confrontée à plusieurs plaintes d’organismes de protection de l’environnement, accusant l’équipe de dégrader les sites naturels occupés par les équipes du film. La production s’est défendue en affirmant que le fait d’effectuer des prises de vues sur ces terres avait permis d’injecter plusieurs dizaines de millions de dollars dans l’économie du pays, tout en faisant travailler plusieurs centaines de techniciens locaux.

4. Du neuf avec du vieux

Bien qu’il s’agisse d’un reboot, George Miller a voulu rendre hommage à sa trilogie originale. Il a ainsi écrit le scénario de ce nouveau volet en suivant la structure de Mad Max 2, qui met en scène une course poursuite s’étalant sur plusieurs jours et qui est considéré par les fans et la critique comme le meilleur film de la saga.

L’un des enjeux pour Fury Road a donc été l’innovation d’un grand nombre de véhicules avec un design totalement inédit dans l’univers de la franchise. Que ce soit les “voitures-perches”, le “Giga Horse” d’Immortan Joe ou le “War Rig” de Furiosa, le personnage interprété par Charlize Theron. Et bien sûr, afin de rendre encore une fois un hommage appuyé à la saga d’origine, la légendaire Interceptor effectue un caméo au tout début de ce quatrième volet.

5. Apparences trompeuses

Le masque aux dents de cheval porté par Immortan Joe remplit deux fonctions bien distinctes : filtrer l’air pollué et lui donner une allure quasi divine. Le look du personnage n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui du mercenaire Bane, interprété par Tom Hardy dans The Dark Knight Rises. Quant aux guerriers “War Boys”, leurs masques font office d’allégeance à leur chef mais permettent également aux cascadeurs qui les interprètent de passer d’un personnage à l’autre et d’effectuer plusieurs cascades sans que le spectateur ne s’en aperçoive.

Pour interpréter le rôle de Nux, Nicholas Hoult devait passer, chaque jour, près de deux heures en salle de maquillage avant de commencer à tourner. Charlize Theron, quant à elle, n’avait qu’à se couvrir le visage de graisse, ce qui ne lui prenait que quelques minutes. Comme elle passait beaucoup de temps à bord du véhicule de son personnage, elle y gardait une trousse de maquillage ainsi qu’un miroir de poche pour pouvoir faire, elle-même, de légères retouches entre deux prises.

Voir toutes les anecdotes de Mad Max : Fury Road

Cannes 2015 – Mad Max, un film (aussi) féminin

Le Festival de Cannes en vidéo Emissions d'Actu

 

Click Here: State of Origin Jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *